Gravir l’échelle de l’innovation sociale...

L’échelle Societal Readiness Level (SRL) est un nouvel outil d’évaluation de la maturité des projets innovants en sciences humaines et sociales. Destinée aux scientifiques et aux évaluateurs, elle transforme notre rapport à l’innovation et permet à des projets inédits de transformation sociale d’émerger plus facilement des laboratoires.

Jusqu’à présent, la maturité des projets innovants a été définie suivant des critères technologiques et leur impact sur le marché. Mais elle ne saurait estimer et anticiper des bénéfices socio-économiques et les retombées des innovations sociales. Résultat : ces dernières ne sont pas financées faute de moyens d’évaluation de leur état d’avancement et de leur intérêt à long terme pour la société. « L’échelle Societal Readiness Level (SRL) apporte désormais une méthode d’évaluation adaptée à l’innovation sociale et à ses impacts, complémentaire à l’échelle TRL1 dédiée à l’innovation technologique. Elle renforce la lisibilité de la maturité de projets orientés davantage sur une transformation de notre société pour l’ensemble des parties prenantes. Autrement dit, elle initie un dialogue autour d’un référentiel commun entre recherche en SHS et innovation », présente Maria Teresa Pontois, responsable du pôle Innovation, valorisation et partenariats industriels de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS (INSHS)...


Au service de la qualité de l'air dans les territoires


Une des forces des sciences humaines et sociales est qu’elles se marient aussi très bien à d’autres domaines. Ainsi, l’échelle SRL peut être utilisée seule ou avec l’échelle TRL. Précurseur, le projet interdisciplinaire Smile, porté par Pascal Taranto (AMU), philosophe au Centre Gilles-Gaston Granger (CNRS/AMU) et Hassen Aziza (AMU), docteur en microélectronique à l’Institut des matériaux, de microélectronique et des nanosciences de Provence (IM2NP, CNRS/AMU) sur la pollution atmosphérique, utilise une innovation technologique à des fins d’innovation sociale. L’objectif : donner aux citoyens et à d’autres acteurs locaux, la capacité de mesurer en tout point de l’espace urbain les différents composants de l’atmosphère. Ces données fiables doivent ensuite aider à l’élaboration de solutions de gestion et de réduction de la pollution à l’échelle micro-locale. Elles apportent aussi aux citoyens des informations d’intérêt pour leur santé et celle de leurs proches.

Vidéo de présentation de SMILE
Plus d’informations sur l’article de CNRS Hebdo

SITE TEMPORAIRE – SITE EN TRAVAUX