CNRS
Suivez-nous sur

Rechercher





Accueil > Séminaires > Séminaire des doctorants

Séminaire des doctorants


Ce séminaire à vocation à être ouvert à d’autres laboratoires (IHP, LPL, LCP, CIELAM...) ainsi qu’aux masters 2. N’hésitez pas à faire passer l’information !!

Chaque séance se déroulera un lundi par mois dans la salle 2.41 de la Maison de la Recherche à partir de 17h.

Il n’y a pour le moment qu’une intervention par séance, n’hésitez pas à vous manifester si vous souhaitez participer.

A chaque fin de séance, un moment convivial est prévu, n’oubliez pas d’apporter quelque chose à boire et à grignoter.



Programme 2019-2020


Programme :

- Lundi 20 janvier intervenant : Laurent Goffart

« L’espace et les lois de la mécanique newtonienne sont-ils en-corporés dans le cerveau ? »

Au cours de leur évolution, phylogénétique et ontogénétique, les animaux ont été, dans leur majorité, confrontés à la nécessité de gérer un environnement qui n’est pas composé uniquement d’objets stationnaires. Dans leur monde propre ("Umwelt"), les événements les plus signifiants se produisent souvent quand les choses (animales ou non, prédateur, proie, congénère ou autre) bougent ou quand eux-mêmes bougent. Face à ce dynamisme, ils se montrent capables de poursuivre et d’attraper leur proie, d’échapper aux prédateurs, en cours de vol pour certains d’entre eux. Comment de telles performances, spatio-temporellement précises, sont-elles possibles ? Faut-il croire que le fonctionnement du système nerveux mette en place des cadres généraux, tels l’espace et le temps, et des principes pareils à ceux qu’utilise la mécanique Newtonienne pour décrire le mouvement d’un corps ?

- Lundi 10 février intervenant : Mamoudou Diaboula

« Démocratie et multiculturalisme ou l’hypothèse d’une société plurielle »

L’idéal démocratique, nous dit Rosanvallon, règne désormais sans partage, mais les régimes qui s’en réclament suscitent presque partout de vivent critiques ». Les citoyens que nous sommes aujourd’hui, manifestent une certaine aversion à l’égard des régimes démocratiques : on pense que la pratique démocratique se doit d’être plus cohérente, qu’elle doit impliquer plus d’expertise, voire plus de délibération. En plus de ces exigences, on voit aussi naître un besoin de reconnaissance des citoyens dans la sphère publique (politique). Ce besoin de reconnaissance qui, le plus souvent, émane de la part des minorités existant au sein des régimes démocratiques, pointe du doigt à la possibilité d’une démocratie multiculturelle. Toutefois, si une démocratie doit traiter « ses membres comme des égaux », on peut alors se demander si elle doit admettre les différences pour permettre aux identités de s’exercer librement et de s’épanouir ? Cette interrogation est au cœur des controverses sur la démocratie et le multiculturalisme et c’est en ce sens qu’elle nous interpelle sur un terrain philosophique. Car, c’est de manière explicite qu’elle nous pose la question de savoir ce que doit être une bonne démocratie aujourd’hui.

- ANNULÉ Lundi 16 mars intervenant : Fabien Carbo-Gil

« Combien de points contient une droite ? »

On peut exprimer le problème du continu de manière très simple : « Combien de points contient une droite ? ».
Répondre simplement une infinité n’est pas satisfaisant car la théorie des ensembles nous permet de hiérarchiser les ensembles infinis, de leur associer un nombre d’éléments et de montrer que certains ensembles infinis sont plus grands que d’autres.
La formalisation de la théorie axiomatique des ensembles et les théorèmes d’incomplétude de Gödel au début XXème siècle ouvrent une possibilité étonnante : Le problème du continu pourrait être indémontrable au sein de la théorie des ensembles. Cette possibilité, privilégiée par Gödel dès 1947, sera prouvée en 1964 par Cohen. Son indémontrabilité fait du problème du continu un problème central du débat philosophique sur la connaissance mathématique. Le problème du continu a-t-il un sens et une solution unique ? S’il nous faut rajouter des axiomes à notre théorie pour trancher la question du continu, comment choisir ces axiomes ? Ce point de jonction entre les mathématiques et la philosophie est un point d’entrée privilégié pour comprendre la philosophie de Gödel. Nous tenterons de comprendre le programme philosophique de Gödel qui vise à résoudre le problème du continu via l’introduction de nouveaux axiomes reconnus comme vrais relativement au sens des concepts mathématiques.

- Lundi 6 avril intervenant : Joachim Haddad
- Lundi 11 mai intervenant : Pierre Leger


Organisateur : Joachim Haddad

Contact : joachimhaddad@yahoo.fr