Workshop INCIAM-AMU



« Fiction, philosophie et psychologie »




Dates : 12 et 13 octobre 2023
Lieu : Faculté de Droit, Bâtiment Pouillon, RdC, salle des actes, Aix en Provence.

Organisateur : Christophe Salvat, CGGG (christophe.salvat@univ-amu.fr)



Quel est le rôle de la création dans la construction d’un discours théorique à visée scientifique ?
Telle est la question que nous souhaitons discuter pendant ces journées d’étude.

Il y a quelque chose d’a priori paradoxal à vouloir associer le discours scientifique et la fiction. Le propre de la science est, en effet, de décrire et d’expliquer le réel, alors que la fiction relève traditionnellement du domaine de l’imagination. Pourtant, l’histoire de la pensée l’atteste, la fiction a toujours été présente dans le discours scientifique . Du mythe de la caverne chez Platon au zombie de David Chalmers, en passant par l’état de nature rousseauiste ou à la Terre jumelle d’Hilary Putnam, les ficta traversent ainsi l’histoire de la philosophie.

Dans le cadre de ce programme de recherche, il est important de distinguer les formes immersives et non-immersives du recours à la fiction dans l’innovation théorique ou conceptuelle. Une fiction de type non-immersive n’engage pas le lecteur et a généralement valeur d’exemple. Elle permet, le plus souvent, d’illustrer ou de renforcer un argument théorique. Plutôt que de se reposer sur un cas réel ou une donnée empirique, l’auteur ou le scientifique a recours à un cas fictif. Dans certains cas, plus rares, le caractère fictif peut également s’appliquer à ses hypothèses (Hypothèse Gaïa en sciences de la nature, ou l’homo economicus en économie ou encore les « fictions juridiques » utilisées par les juristes comme des hypothèses de travail). Ces différents usages de la fiction ont tous en commun le fait qu’ils sont le seul produit de l’imagination de l’auteur ou du scientifique.
Les formes immersives du recours à la fiction, au contraire, reposent sur la participation active du lecteur. Une expérience immersive est une expérience (virtuelle) dans laquelle un individu est placé dans un environnement fictif ou virtuel propre à provoquer chez lui des perceptions, sensations, émotions ou intuitions relatives à l’objet d’étude (qui peut être, par exemple, la rationalité individuelle, les normes morales ou encore la notion d’identité personnelle). Les réactions sensorielles ou cognitives du lecteur participent alors du processus de démonstration voire, dans certains cas, de conceptualisation.
Nous nous intéresserons dans ce cadre général à la différenciation des processus mis en œuvre dans les exercices de pensée en tant que fictions et « stimulateur d’intuition » ou illustrations , dans la fiction comme exercice de pensée ou support de compréhension et d’élaboration (morale, scientifique, éthique, dans le cadre de la philosophie expérimentale par exemple), ou la fiction comme argumentation ou dispositif créatif ou critique . La fiction sera également envisagée dans la multiplicité et spécificité de ses thèmes et genres autant que dans ses supports (texte, films , série TV , images, jeux, jeux vidéo…).
C’est à ce type de fiction, les fictions ou narrations immersives, que nous nous intéresserons spécifiquement. Leur étude requiert une étroite collaboration interdisciplinaire. Une fiction immersive, qu’il s’agisse d’une expérience de pensée , d’un roman ou encore d’un jeu vidéo, est avant tout une création littéraire dotée d’un contexte, d’une histoire et de personnages. Pour véritablement constituer une expérience immersive, c’est-à-dire pour que le lecteur puisse se l’approprier et s’y projeter, la fiction doit manifester un certain nombre de qualités spécifiques ou reposer sur des mécanismes cognitifs dont l’identification, l’explication et les effets sur la création théorique implique un travail coordonné des chercheurs spécialisés en création littéraire, en psychologie cognitive et en philosophie et épistémologie des sciences.

Les personnes invitées pour le workshop sont :

  • Grégoire Bouillier (écrivain) : auteur du Rapport sur moi (Prix de Flore), du Dossier M et du Cœur ne cède pas (Prix Transfuge, Prix André Malraux 2022).
  • Pierre Cassou-Noguès (Université Paris-8 Vincennes) : Professeur des universités, a notamment publié Mon zombie et moi. La philosophie comme fiction (2010) et Technofictions (2019).
  • Florian Cova (Université de Genève) : Professeur assistant de philosophie, il est spécialisé dans la philosophie expérimentale et a notamment publié Advances in Experimental Philosophy of Aesthetics (2018) et Qu’en pensez-vous ? Une introduction à la Philosophie Expérimentale (2011).
  • Alexandre Declos (Collège de France) : Agrégé et docteur en philosophie, Alexandre Declos est maître-assistant du Professeur Claudine Tiercelin au Collège de France. Il a notamment publié « L’ontologie du virtuel », Klēsis - Revue Philosophique, 2022 et « Videogame Cognitivism », Journal of the Philosophy of Games, 2021.
  • Elise Domenach (ENS Lyon) : Maître de conférences en études cinématographiques, traductrice et spécialiste de l’œuvre de Stanley Cavell, a récemment édité L’écran de nos pensées. Stanley Cavell, la philosophie et le cinéma (ENS Éditions, 2021).
  • Françoise Lavocat (Sorbonne Université, Université de Chicago) : professeure des universités, a notamment publié Fait et fiction, pour une frontière (2016).
  • Éléonore Le Jallé (Université de Lille) : Professeure des universités, spécialité « Philosophie de langue anglaise moderne et contemporaine », elle a notamment publié « Imagination, jugements et émotions », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 2022 et « L’amour et le point de vue moral dans David Copperfield », Methodos : savoirs et textes, 2015, 15.
  • Marion Renauld (Archives Poincaré) : Docteure en philosophie. Elle a soutenu sa thèse « Vous avez dit ‘fiction’ ? Analyse contextualiste du jugement de fictionalité et approche pragmatiste des œuvres romanesques » en 2013 et a notamment publié « L’invention philosophique : penser, concevoir, imaginer ? », in Usages de la fiction en philosophie, numéro spécial de la revue en ligne Phantasia, vol.4, A. Dumont (dir.), 2017.

Portfolio

SITE TEMPORAIRE – SITE EN TRAVAUX