CNRS
Suivez-nous sur

Rechercher





Accueil > Qui sommes-nous ? > Membres et productions scientifiques > Les membres statutaires

THEBERT Angélique



Maîtresse de conférence (Université de Nantes)
En délégation CNRS du 01/09/2021 au 31/08/2022
Rattaché à l’axe 1 du Centre Granger

Contact : angelique.thebert@univ-nantes.fr


Thèmes de recherche :

  • Philosophie britannique moderne
  • Philosophie analytique de la connaissance

Recherches actuelles :

Mes recherches se situent à la croisée de l’histoire de la philosophie moderne (l’empirisme britannique des 17e et 18e siècles) et de la philosophie de la connaissance contemporaine (épistémologie analytique, cf. L. Wittgenstein, R. Chisholm, W. P. Alston, E. Sosa). Elles consistent à la fois à éclairer des textes de philosophie moderne à la lumière de discussions contemporaines en épistémologie, et à apporter une contribution aux débats contemporains en épistémologie en mobilisant certains arguments des philosophes britanniques de la période moderne (Locke, Hume, Reid).
Ainsi, les discussions menées autour du caractère volontaire ou involontaire de la croyance (dans le domaine de « l’éthique de la croyance ») me permettent de clarifier les remarques de John Locke et de Thomas Reid sur le rapport entre la croyance et les données probantes (evidence). Plus généralement, je m’intéresse à l’idée d’une éthique intellectuelle et je me questionne sur la place que doit y jouer la norme de l’évidence.
De plus, je précise dans quelle mesure les remarques de Thomas Reid sur la croyance, la foi et les principes du sens commun permettent de prendre en charge certains arguments sceptiques (comme le problème du critère, qui conclut au scepticisme du fait de notre incapacité à prouver de manière concluante que nos pouvoirs intellectuels sont fiables), et contribuent à nous éclairer sur la nature de nos certitudes primitives, autour desquelles gravitent nos actions et nos jugements.
Enfin, je travaille à préciser la nature d’une philosophie du sens commun (des Lumières écossaises à aujourd’hui), la manière dont il est possible de défendre les vérités de sens commun (pourtant non justifiables par des raisons concluantes), et le rôle qu’une telle philosophie peut jouer dans la promotion d’une éthique intellectuelle, en réponse aux différentes formes que peut prendre ce scepticisme exacerbé qu’est le relativisme (fanatisme, je m’en-foutisme intellectuel, post-vérité).


Responsabilités :


Enseignement :


Bibliographie et CV :
- Articles en accès libre (accès direct) sur HALshs

- Voir/télécharger le CV/la bibliographie :

CV et bibliographie A. Thébert au 31/08/2021

màj : 31/08/2021