CNRS
Suivez-nous sur

Rechercher





Accueil > Recherche > Manifestations passées > Année 2018

Retour sur l’inauguration de l’exposition Biomorphisme


Crédits photos : S. Pons - Th. Botty - L. Candiotto

Pour visualiser les photos de l’inauguration, cliquez ici


L’inauguration de l’exposition Biomorphisme qui a eu lieu le vendredi 9 novembre 2018 à 18h a rassemblé quelques 500 personnes.
Le public venu nombreux a pu, après les discours de Pascal Taranto (directeur du Centre Granger et de Bernard Julien (un des porteurs du projet) s’immerger dans la vision personnelle de chaque artiste dans le monde du vivant.

Les huit artistes présents dans l’exposition Biomorphisme sont associés depuis plusieurs années au groupe de recherche « Biomorphisme – Approches sensibles et conceptuelles des formes du vivant » qui réunit des scientifiques et des théoriciens de nombreuses disciplines : Sciences de l’art, esthétique, philosophie, mathématiques, physique, biologie, écologie, neurosciences.

Dans leur texte d’intention Julien Bernard, Sylvie Pic et Pascal Taranto soulignent :

« Le vivant fait montre d’une extraordinaire inventivité formelle, d’une très grande variabilité et plasticité. Les formes du vivant sont multiples, foisonnantes – sinon infinies – et toujours étonnantes.
Cet étonnement est celui des artistes, des scientifiques et des philosophes, réunis dans le programme de recherche “Biomorphisme. Approches sensibles et conceptuelles des formes du vivant”. Leur méthode est résolument transdisciplinaire, et sans hiérarchisation entre propositions artistiques et scientifiques ».

Les scientifiques et théoriciens du groupe se retrouveront lors des quatre jours de colloque qui suivent (22-23-24 et 25 janvier) à l’IMéRA et à La Friche. L’objectif est ici d’engager une réflexion systématique sur notre rapport au vivant et à ses formes, en insistant sur leur signification théorique et pratique au regard du monde actuel. L’idée est de faire collaborer universitaires et artistes, théoriciens et praticiens, enseignants et étudiants, représentants des sciences « dures » et des sciences humaines, en refusant toute idée de hiérarchisation entre les disciplines ou les pratiques concernées.

Depuis le 10 novembre, plus de 300 personnes par semaine ont visité cette exposition...

Retour de presse :